Open Site Navigation

La consultation de Micronutrition et le suivi en Nutrition Santé ne sont pas des actes médicaux. Ils n’établissent pas de diagnostic et ne remplacent en aucun cas l’avis du médecin, qui est le seul habilité à modifier une ordonnance. Ils sont complémentaires de la médecine conventionnelle.

CVG / Crédits Copyright © 2021 Docteur Omega3. Tous droits réservés

Cet ami qui vous veut du bien


Le microbiote est l’ensemble des micro-organismes (bactéries, virus, champignons non pathogènes) qui vivent dans un environnement précis de notre corps.

On distingue ainsi différents microbiotes :

- Le microbiote intestinal, le plus important et le plus étudié ;

- Le microbiote de la peau ;

- Le microbiote présent sur la surface oculaire ;

- Le microbiote du placenta ;

- Le microbiote pulmonaire ;

- Le microbiote du lait maternel.

-Le microbiote du cerveau

- Le microbiote vaginal ;

- Le microbiote buccal ;


- Le microbiote du nasopharynx

Le microbiote intestinal est le plus important avec près de 1014 micro-organismes, ce qui représente environ 10 fois le nombre total de cellules de notre corps, soit un poids voisin de 2 kg.

Le microbiote intestinal est constitué par 160 espèces différentes de microorganismes dont 1/3 sont communes à tous et 2/3 propres à chacun. Le génome du microbiote intestinal appelé microbiome est 150 fois plus important que le génome humain.

Le microbiote intestinal est à 98% bactérien et il est constitué de :

- Un microbiote dominant (firmicutes, bacteroidetes, actinobactéries) ;

- Un microbiote sous dominant (protéobactéries, verrucomicrobes) ;

- Un microbiote de passage (bactéries alimentaires, levures, virus, protozoaires).

Le microbiote intestinal joue un rôle prépondérant au niveau de la digestion car il permet de digérer les fibres par fermentation, mais son action je joue également sur un plan métabolique, immunologique et neurologique.

Chaque individu possède un microbiote qui lui est propre. Il se constitue à la naissance au contact de la flore vaginale puis s’enrichit tout au long de la vie, plus ou moins influencé par notre alimentation, les conditions d’hygiène dans lesquelles nous vivons et certains traitements médicamenteux tels que les antibiotiques ou encore les inhibiteurs de la pompe à protons. Les antibiotiques sont les médicaments les plus susceptibles de perturber l’équilibre qualitatif et quantitatif de notre microbiote car certaines souches seront détruites, offrant ainsi toute la place à des microorganismes plus ou moins pathogènes, conduisant à un état de dysbiose.

Notre alimentation peut modifier notre microbiote intestinale notamment avec ce que l’on appelle les aliments prébiotiques. Les aliments dits prébiotiques nourrissent le microbiote intestinal et assurent sa qualité.


Parmi ceux-ci on distingue :

- Les amidons résistants ;

- Les fructanes

- Le bétaglucane ;

- Les fibres ;

Les amidons résistants sont des sucres complexes qui ne se transforment pas en glucose. On les retrouve dans les céréales complètes, les légumineuses, le pain complet et certains fruits (banane, châtaigne). Ils permettent de réduire l’inflammation intestinale et assurent une meilleure sensibilité à l’insuline. Ils joueraient également un rôle protecteur vis-à-vis du cancer du côlon grâce au butyrate fabriqué par certaines bactéries.

Les fructanes sont des sucres lents complexes présents dans les céréales complètes, l’ail et l’oignon, les légumes et tubercules.

Une « médecine du futur » par utilisation ciblée de probiotiques est envisageable à moyen terme à l’instar du Groupement Français de Neuro-Gastroentérologie qui semble confirmer cette tendance. En effet, ce groupe réunit des médecins neurologues et gastroentérologues qui travaillent sur l’origine et le développement des maladies chroniques, les interactions cerveau-intestin en psychiatrie et maladies neurologiques comme la maladie de parkinson ou la maladie d’Alzheimer.

De nombreuses publications de recherche sur le microbiote intestinal sont publiées très régulièrement et il n’est pas exclu que certains probiotiques obtiennent des AMM et deviennent ainsi nos futurs médicaments. Un champ des possibles s’offre ainsi aux thérapeutiques du futur et notre microbiote intestinal y jouera le premier rôle !

Par Nathalie Viala, spécialiste en nutrition et micro nutrition, certifiée et validée du réseau Medoucine.

29 vues