Le modèle crétois en quelques lignes

Mis à jour : avr. 18



Le modèle alimentaire crétois est un modèle très intéressant pour expliquer l’alimentation santé aux patients qui viennent solliciter un conseil auprès de leur pharmacien nutritionniste.

Avant de détailler le modèle crétois, il convient d’évoquer la notion de régime alimentaire. Un régime alimentaire est souvent prescrit par un professionnel de santé pour une personne en particulier, le plus souvent pour une durée précise. L’objectif de ce régime est d’améliorer l’état de santé du patient.

Le modèle crétois ou diète méditerranéenne crétoise s’inspire d’un modèle traditionnel et il a été mis en avant grâce à l’étude des 7 pays par Ancel Keys en 1956. Ce modèle a été réintroduit dans la pratique médicale par S. Renaud et M. De Lorgeril à l’issue de l’étude de Lyon que nous avons vue plus haut.

Le modèle crétois est l’un des modèles alimentaires utilisés par les nutritionnistes et ses cinq principaux objectifs sont les suivants :

  • La prévention des maladies cardio-vasculaires ;

  • La réduction du nombre de cancers ;

  • La diminution des cas de diabète ;

  • La préservation d’un bon état de santé sur le plan cognitif ;

  • L’éviction du syndrome métabolique ;

  • Une longévité améliorée.

Le modèle crétois préconise une marche de 30 minutes par jour, au moins 5 jours par semaine. Les prescriptions alimentaires ont pour objectif un rééquilibrage nutritionnel et il ne s’agit en aucun cas d’une restriction alimentaire d’ordre calorique, mais plutôt d’améliorer l’aspect qualitatif des aliments consommés. La consommation fréquente des fruits et légumes, d’aromates et de matières grasses comme l’huile d’olive et l’huile de colza. Les produits laitiers à base de lait de chèvre ou de brebis sont à privilégier à raison de deux laitages par jour. La consommation de viande rouge se limite à une fois par semaine. Les viandes blanches sont préférées. Les petits poissons gras doivent s’inscrire dans ce régime alimentaire à raison de 2 à 3 fois par semaine. Poissons gras et escargots de Crète sont naturellement riches en oméga-3 et cet apport en acides gras essentiels est un point essentiel du régime crétois.

Afin d’adapter le modèle crétois aux autres pays occidentaux, il convient d’y inclure l’huile de colza très riche en oméga-3. En effet, nous ne disposons pas de pourpier (consommé en Crète sous la forme de salade) ni des petits escargots crétois, deux sources très importantes d’oméga-3. C’est pourquoi, afin de rétablir un rapport oméga-6/oméga-3 satisfaisant, il est nécessaire d’introduire l’huile de colza aux côtés de l’huile d’olive traditionnellement utilisée dans l’alimentation méditerranéenne.

Le rapport oméga 6/oméga 3 tend alors à se rapprocher de 4, considéré comme idéalement protecteur vis-à-vis du risque de maladies cardiovasculaires. Le régime crétois permet une action protectrice au niveau du cerveau et il présente également des propriétés anti-inflammatoires que nous détaillerons plus loin, dans la partie consacrée aux acides gras insaturés.


© 2023 by John Roberts. Proudly created with Wix.com

Follow me on social netwroks